top of page

Fausse couche et naturopathie

Dernière mise à jour : 24 févr. 2021

En France, une femme sur 3 aurait fait une fausse couche (ou avortement spontané) dans sa vie. C’est un évènement qui, a en croire ces chiffres est relativement fréquent. D’ailleurs oui, quand une femme commence à en parler autour d’elle, elle se rend rapidement compte qu’elle n’est pas seule, loin de là.


Mais finalement, c’est quoi une fausse couche ?


Il s’agit de l’arrêt précoce de la grossesse. Dans la plupart des cas, cela arrive durant les 3 premiers mois, mais cela peut avoir lieu après et est appelé une fausse couche tardive. Selon certains chiffres, on estime entre 10 à 15% des grossesses qui se concluent par une fausse couche, soit environ 200 000 cas par an.



Les causes / facteurs de risques :


Bien souvent, les fausses couches sont dues à une anomalie génétique de l’embryon rendant impossible la poursuite de la grossesse. L’oeuf n’est pas viable et est incapable de se développer.

Une autre raison peut être une malformation chromosomique. En général 70 % des fausses couches sont d’origine chromosomiques.


Enfin, cela peut être dû à une cause infectieuse (infection au niveau du col, du vagin, oreillons, grippe…) mais aussi à des causes suspectées, bien moins identifiables et vérifiables telles que l’exposition à des substances et produits chimiques, la prise de certains médicaments, etc…).


Les facteurs de risques peuvent être :

- L’âge de la mère : à partir de 35 ans les fausses couches sont plus fréquentes.

- La consommation de café et d’alcool

- Le sport intensif pendant la grossesse

- La consommation de cigarettes et de drogues


Quels sont les symptômes d’une fausse couche ?


Il y a des signes qui ne trompe pas. Il y a dans un premier temps votre ressenti, votre instinct, celui qui vous dit qu’il y a quelque chose de louche et que ce n’est pas normal.

Et puis il y a des pertes brunâtres qui deviennent de plus en plus rouges et même parfois comme des douleurs de règles dans le bas ventre. Bien entendu, pour chaque femme cela est différent.


Et qu’est-ce qu’on fait en cas d’apparition de ces symptômes ?


On ne se pose pas de questions et on consulte son médecin, son gynécologue ou sa sage-femme. Une échographie sera faite pour confirmer ou infirmer.


En cas de fausse couche avérée, et en fonction de l’avancée de la grossesse et de votre praticien, il pourra vous être proposé plusieurs choses :

  • l’expulsion naturelle et une prise de sang vous sera demandé toutes les 48h pour vérifier la baisse de votre taux de HCG afin qu’il soit inférieur à 5.

  • la prise de médicament

  • la prise de médicament et le curetage à l’hôpital.



Avec l’aide de la naturopathie, comment accompagner cette fausse couche ?


Lorsque vous faite une fausse couche, au-delà de la douleur psychique, vous ressentez bien souvent un poids au niveau du périnée. Pour celles d’entre vous qui ont déjà accouché par voie basse, cela est similaire à la première semaine après la naissance de votre enfant. Vous êtes relativement bien mais vous sentez que quelque chose est passé par là.

L’élimination de ce foetus non viable peut également provoquer l’élimination de caillots de sang, plus ou moins gros. D’ailleurs l’élimination peut durer entre quelques jours à plusieurs semaines.


Aussi, je conseille de prendre de la tisane de framboisier 3 fois par jour, bien concentrée. Cette plante aide à l’équilibre hormonale et permet de retrouver un cycle après les pertes de la fausse couches. Pour certaines, la consommation de tisane est trop contraignante. Dans ce cas, l’utilisation du bourgeon de framboisier sera parfait à hauteur de 30 gouttes par jour.


Au niveau de l’alimentation, on évite de se jeter sur le chocolat ou autres aliments réconfortants trop longtemps. Non seulement parce que cela n’apporte aucune valeur nutritive mais également parce que cela surcharge votre organisme qui doit en ce moment même travailler à l’élimination du foetus plutôt qu’à l'élimination de substances toxiques.

Il est préférable donc de manger des fruits et des légumes bio, peu / pas de sucre raffiné, limiter les aliments toxiques de type chocolat, café, thé, alcool, sodas, produits industriels, tabac…


Pensez également à vous aérer la tête. L’envie de ruminer sur la douleur et la perte est souvent forte mais n’oubliez pas de sortir, de marcher, et si vous en avez la force, de reprendre votre activité physique habituelle.


Voyez du monde ! oui mais à condition de vous entourer de personnes gentilles, aimables, qui vous porte et vous supporte. Les autres, vous n’en n’avez pas besoin fuyez-les.

Bien entendu, parlez-en avec votre conjoint, expliquez-lui ce que vous ressentez ou ne ressentez pas et si cela est trop difficile, consultez un psychologue ou tout autre professionnel qui pourra vous aider à vivre avec cette épreuve et à aller de l’avant.


Pour accompagner l’émotionnel :

- Les fleurs de Bach peuvent vous aider :

  • l’étoile de Bethléem

  • le pin sylvestre

- Les relaxations, la méditation et la sophrologie sont également de bons compagnons pendant cette période.

Enfin, dans le quotidien, certaines huiles essentielles peuvent être d’un grand soutien : quelques gouttes sur un mouchoir à respirer quand vous en ressentez le besoin : Néroli, Verveine odorante, Ylang Ylang, Petit grain Bigarade, Camomille romaine…


Et le papa dans tout ça ?

Alors oui, il ne comprendra jamais la douleur viscérale que vous ressentez en ce moment même. Mais il sera également touché et triste. Triste de voir sa compagne vivre cette évènement malheureux, triste de voir ses projections d’une vie à 3, 4, 5, pour le moment en stand-by. Ne minimisons pas leur chagrin et parlez, communiquez, restez soudés.


Et puis, soyons positif, ce n’est pas parce que vous avez vécu une fausse couche qu’il ne vous sera pas possible d’avoir une autre grossesse et qui celle-ci arrivera bien à terme.

Laissez-vous le temps de nettoyer votre corps avec une détox pendant plusieurs mois (il est judicieux de vous faire accompagner pendant cette période) et de nettoyer votre esprit (aviez-vous vraiment la place pour cet enfant ?).


Sur un plan plus spirituel, il est dit que c’est l’âme de l’enfant qui choisi ses parents. Restez rayonnant pour lui montrer le chemin jusqu'à vous.


Prenez soin de vous,


Sophie



Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page